Haut

Le bio, la Biodynamie, le vin naturel…vous êtes un peu confus avec ces nouvelles dénominations ? Winalist vous explique tout !

Le vin Bio

Avant, ce n’était pas vraiment le vin qui était biologique, mais ses raisins. En effet, jusqu’à février 2012, pour être certifié « bio » par Ecocert, Agrocert ou Qualité France, un vin devait être issu de raisins cultivés sans pesticides, désherbants ou engrais chimiques, depuis au moins 4 ans.

Un vigneron certifié « bio » peut donc utiliser des traitements comme le soufre ou le cuivre, qui ne pénètrent pas la plante. Or, une fois ces raisins ramassés, le travail en cave d’un vin biologique n’était pas contrôlé. C’est chose finie depuis février 2012 : le vin biologique doit répondre à des restrictions au niveau de sa vinification, selon un cahier des charges devenu européen. Par exemple, la teneur maximale en soufre, que le vigneron peut rajouter au vin, a été diminuée de 150mg/L à 100mg/L pour les vins rouges. Les vignerons doivent également rajouter des additifs certifiés biologiques (levures bio, sucre bio) et adieu l’acide malique ! L’activité biologique s’étend un peu plus chaque année en France et s’inscrit dans une volonté de transparence sur ce que les consommateurs mangent et boivent. En hausse de 2% par rapport en 2015, selon l’Agence Bio, 9 % du vignoble français est désormais bio !

Le vin Biodynamique

Un vin biodynamique s’inscrit dans une démarche environnementale globale qui s’appuie sur les travaux du philosophe, et agronome autrichien, Rudolf Steiner. Celui-ci expliquait l’impact que chaque élément, et donc l’homme, possède sur son environnement.

La Biodynamie prône donc une viticulture en « osmose » avec la nature. Aucun procédé chimique n’est toléré, mais des traitements issus du monde végétal, que le vigneron applique en fonction des cycles du soleil et de la lune (selon leur influence sur la croissance des plantes). Purin d’ortie, préparations de compost et de silice par exemple, sont pulvérisées à très petites doses pour améliorer naturellement la qualité des sols et des vignes. Ce sol est d’ailleurs travaillé par labours pour l’aérer.

Tous ces gestes de la Biodynamie visent à réhabiliter la vie organique au sein des vignes : si vous vous baladez dans des rangs de vignes biodynamiques, vous verrez certainement toutes sortes de fleurs, des abeilles…ect. Si l’on repère des vignes cultivées en Biodynamie par la diversité de la flore qui y cohabite, le vin biodynamique est reconnaissable grâce aux labels Demeter et Biodyvin. Ces deux associations ont leur cahier des charges, mais il n’y a pas encore de réglementation en Biodynamie au niveau européen.

Le vin Naturel

Lorsque l’accent en bio, et en Biodynamie, est posé sur la culture de la vigne et la limitation d’ajouts chimiques lors de la vinification, les vins naturels vont plus loin. Les vignes doivent être bio ou en Biodynamie, mais il s’agit de ne rien rajouter au vin, de le laisser au « naturel », quitte à renoncer à des étapes de vinification comme le collage. Il n’y a donc pas d’ajout de levures aromatiques, ni de sucres…et les sulfites, pas ou très peu. Oui les sulfites, vous savez? Le soufre, c’est ce qui aide à la conservation du vin et qui est aussi à l’origine du mal de tête lors d’une consommation trop généreuse d’alcool. Contrairement à une idée reçue, les vins naturels ne sont pas sans soufre, mais la plupart le sont donc sans soufre ajouté.

Si nécessaire, le vigneron en ajoute une quantité 7 à 10 fois plus petite que celle autorisée pour un vin conventionnel. Le vin est rarement filtré d’ailleurs, ce qui lui donne un aspect plus trouble que les autres. L’écrivain Antonin Iommi-Amunategui, auteur du Manuel pour s’initier au vin naturel, explique dans sa tribune pour l’Obs que « le vin naturel c’est un vin rebelle, même pas 1% du marché, alors soutenons cette initiative! ». En effet, les initiatives autour du vin naturel sont encore récentes et il n’y a pas de cahier des charges officiel. Chaque association en donne donc sa définition, voilà pourquoi l’on peut trouver un vin naturel sans sulfite additionné, et un autre vin naturel avec un peu de souffre ajouté. L’association des vins naturels (AVN) tente justement d’obtenir une définition officielle afin que les consommateurs puissent s’y retrouver. Une affaire à suivre !

Face à l’évolution et la diversification des attentes des amoureux du vin, Winalist vous propose de rencontrer ses 7 producteurs en Bio et Biodynamie, repérables par ce petit symbole :

Retrouvez l’ensemble des domaines viticoles proposant des vins bio ou biodynamiquesur Winalist !

0

poste un commentaire