Haut

Cela fait quelques mois qu’il grandit sur son pied, au milieu des feuillages, faisant face aux intempéries et aux maladies, il attend le grand voyage. C’est tout un pays qui, d’un même geste paternel, recueille les nouveaux nés pourpres à travers tout son territoire, dans un balai coordonné d’un théâtre sensoriel. C’est l’heure des vendanges et Winalist vous en tire les ficèles !

Qu’est ce que les vendanges ?

Voici une petite mise au point thématique pour commencer :

Vendange n.f.sing. c’est la récolte du raisin destiné à la production du vin.

Vendange n.f.sing. désigne également le raisin lui-même récolté.

Vendanges n.f.plur. se réfère à l’époque de la récolte du raisin : le temps des vendanges.

 

Les vendanges, le nerf de l’économie viticole. La vendange comprends la cueillette, le transport, souvent le tri et la mise en cuve des raisins. Les châteaux embauchent environ 300 000 saisonniers chaque année, un vrai boom d’emploi dans les régions viticoles, réparti sur tout le territoire lorsque les cuvées antérieures arrivent sur le marché. Les quantités de raisin récoltées chaque année sont anticipées pour fixer les prix de l’année précédente. Cette année en bordelais par exemple, la quantité récoltée étant historiquement basse, le millésime 2016 se vendra donc plus cher afin de compenser le manque à gagner de 2017.

Une coutume bien implantée. Dans les traditions anciennes, la vigne était déjà considérée comme un arbre sacré, la vendange symbolisait la richesse et la résurrection. De nos jours, c’est un moment toujours célébré dans la société. De juillet à octobre de nombreuses villes organisent des activités artistiques et festives autour du vin avec notamment le traditionnel pressurage de raisin !

Quand est-ce que l’on vendange ?

Il est venu le temps des vendanges. L’époque des vendanges varie selon les régions. Entre juillet et octobre dans l’hémisphère nord, en France, l’époque des vendanges se situe traditionnellement entre septembre et octobre.

Après que la préfecture a officiellement ouverte la période de ramassage, le vigneron lance la récolte du raisin quand celui-ci est arrivé à maturité. Ce fruit atteint le degré de maturité désiré lorsque, dans la baie, le rapport entre sucre et acidité s’est stabilisé à un certain niveau d’une part, et que les phénols d’autre part, qui déterminent la qualité des matières colorantes et des tanins, sont suffisamment présents dans le fruit. C’est au vigneron d’évaluer la parfaite maturité de ses raisins afin de lancer les vendanges. Comment se décide-t-il ?

Les vendanges sont le meilleur compromis entre la maturité et l’état sanitaire des raisins, le style du vin, la météo et la logistique du domaine. En pratique, 3 gestes donnent au vigneron une bonne idée de ce qui se passe à l’intérieur de ses fruits :

Tout d’abord, un contrôle régulier de ses parcelles. Il utilise un réfractomètre. Ce petit instrument portable donne l’indice de réfraction de l’échantillon qui permet de connaître la concentration en sucre du jus de raisin recueilli, et donc d’en déduire une approximation du degré d’alcool du futur vin. A différents endroits de sa parcelle et à plusieurs jours d’intervalles, le vigneron prélève puis écrase un raisin dans le réfractomètre. Une indication du degré potentiel s’affiche.

Ensuite, l’analyse laboratoire d’un échantillon de fruit complète de manière plus précise les évaluations du vigneron sur le terrain, au fur et à mesure que l’été se termine.

Enfin, la dégustation. Si vous vous aventurez dans un rang de vigne pour goûter un raisin, vous allez le trouver bien amer par rapport à celui que vous mangez à table. Grâce à son expérience, seul un amateur pourra en apprécier la maturité phénolique – cependant, vous pouvez toujours essayer et vous adonner à un concours de grimaces entre goûteurs !

Comme nous l’expliquions dans notre article sur les millésimes, une météo clémente en été permet aux fruits de mûrir plus vite et avance la date des vendanges. Un mauvais climat la retarde, si la logistique des domaines peut se le permettre. De plus, le changement climatique affecte la date moyenne des vendanges au fur des années. Depuis 1945, elle a été avancée d’environ un mois, comme l’illustre le tableau ci-contre réalisé avec les données du domaines Châteauneuf-du-pape.

A chacun sa manière de vendanger

Une fois la date des vendanges de chaque vignoble officialisée, nous pouvons apprécier les différentes périodes des régions viticoles en fonction des conditions climatiques et surtout du goût recherché. En général, le calendrier obtenu est le suivant (comptez une avance d’une quinzaine de jours pour l’année 2017):

Fin Août : Provence, Languedoc-Roussillon, Corse ;

Début Septembre : Vallée du Rhône, Beaujolais ;

Mi-Septembre : Val de Loire, Bourgogne, Bordeaux, Vallée du Rhône, Jura, Savoie, Sud-Ouest ;

Fin Septembre : Champagne, Alsace ;

Début Octobre : Cognac et Charentes.

Non seulement la date, mais la manière de vendanger va déterminer les qualités du produit final. Il existe deux méthodes, la vendange manuelle ou mécanique.

– La vendange mécanique est plus rapide, plus économique mais dans la mesure où la récolte mélange des grappes plus ou moins mûres, voire abîmées, cette méthode s’utilise pour les vins de qualité courante.

– La vendange manuelle est réalisée par des cueilleurs saisonniers dans 2 cas : soit lorsque les machines ne peuvent accéder aux vignes (rangs serrés ou terrain accidenté) soit lorsque la qualité du vin nécessite une sélection manuelle des grappes. Les vins effervescents comme le Champagne en sont un exemple, ce qui explique une partie des coûts de production et donc, de celui de la bouteille.

Sur un petit week-end ou même une journée lorsque vous résidez dans une région viticole, Winalist vous conseille de vous balader dans les vignes et les villages en fête, ou de mettre la main au sécateur, afin d’apprécier une des périodes les plus conviviales du calendrier viticole !

0

poste un commentaire